Qui a tué Roland Barthes ?

Cette question à la façon d’un scoop sulfureux, c’est l’accroche de la fiction policière de Laurent Binet, son roman intitulé La septième fonction du langage (sorti en 2015, chez Grasset).

C’est ainsi que la mode des super héros aux pouvoirs surnaturels inspire aussi le romancier français, loin d’Hollywood ou des Marvel Studios ! Mais cette fois, il n’est point question de retrouver de la kryptonite ou un nouveau Graal. Cette fois-ci, nous partons à la recherche de l’arme absolue du langage : le langage dit « performatif« .

Linguistique, sexe,  et rock n’ roll

Laurent Binet nous embarque à toute vitesse dans le rues de Paris, au Collège de France en passant par le Quai des Orfèvres et par le Palais de l’Elysée. Et nous offre une série de flash-backs délirants, dans les années 80, au plus près du pouvoir, au début de l’ère mitterrandienne. Et dans une atmosphère plus underground, dans le milieu SM ou LGBT où, shocking, on retrouve la crème des intellectuels français de l’époque, en France comme aux Etats-Unis.

barthes

Ajoutez une pointe d’espions russes et bulgares, et vous obtenez une intrigue à couper le souffle. Pour agrémenter le tout, arrosez régulièrement de quelques jets de lumière, quand l’auteur nous partage sa passion pour des questions philosophiques à l’apparence sérieuse ou loufoque, au rythme soutenu d’une page de pub télévisée.

Extrait : « Simon a sympathisé avec une jeune lesbienne juive féministe (…) Elle s’appelle Judith, elle vient d’une famille juive de Hongrie, elle prépare un PhD de philo et il se trouve qu’elle s’intéresse à la performativité en ce qu’elle soupçonne le pouvoir patriarcal d’avoir recours à une forme sournoise de performatif (…) en clair, il suffit que le mâle blanc hétéro déclare que cela est, pour que cela soit. »

Qui a tué Roland Barthes ? Certainement pas Laurent Binet lui-même, qui avait 7 ans au moment des faits réels. L’auteur, qui a reçu le Goncourt du Premier Roman en 2010 pour son roman HHhH, semble en tout cas bien décidé à ressusciter Barthes, rien que pour ses lecteurs. Il nous offre pour trois fois rien une introduction à la linguistique, en mode détente.

En route vers la « pensée magique » !

Laurent

 

Publicités

Une réflexion sur “Qui a tué Roland Barthes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s