Jeux animaux et jeux humains

La société humaine s’inspire plus qu’on ne croit de la nature. Et le naturel finit toujours par revenir « au galop ». Après des siècles de rigidité et d’enseignement impersonnel, la tendance actuelle – dans le domaine de l’éducation initiale ou de la formation continue – est au naturel ! Hors les murs ! C’est l’heure de la grande récré. A la « petite école » et jusqu’aux Grandes Ecoles. Mais une récréation sérieuse tout de même !

Retournons du côté du règne animal. Qu’observe-t-on ? Que le dressage des jeunes animaux par les adultes relève plus du jeu que d’un cours magistral !! Ainsi louveteaux, oursons ou cabris jouent, le plus clair du temps. Ils jouent sans hésitation, ils sont « acteurs de leur formation« . Entre eux (en « peer to peer ») ou avec leurs parents. En se chamaillant, ils se retrouvent en Travaux Pratiques. Pas besoin de Grand Amphi.

Voici toute l’intelligence animale. En petit comité autour d’un cas concret, lorsque s’approche d’eux un autre animal, les jeunes animaux apprennent à distinguer la proie opportune et le prédateur menaçant. Et à agir avec méthode ! Voici donc leur B-A BA ! Chacun à son rythme, apprenant tant des échecs que des succès. Les parents animaux, en apparence distants, du style « fond de la classe », en fait veillent au grain. Et ne manqueront pas de « mater la jeunesse rebelle » non par plaisir sadique, mais simplement, avec une bienveillance instinctive, pour marquer les limites. Les animaux pratiquent assidûment le jeu et l’apprentissage des règles élémentaires. Bien entendu, sans long discours mais en faisant ! Quoi de plus naturel ? Alors aurait-t-on vraiment, nous les hommes, inventé les Serious Games ? Il suffisait juste de redonner de la place à notre instinct d’évolution. Nous sommes loin du modèle archaïque dicté par la nécessité économique du XIXème siècle.

Oursons jeu

A force de nous écouter, à force de comprendre les limites de l’ancien modèle éducatif autoritaire (qui, soit dit en passant, n’avait pas que des défauts !) nous avons fini par accepter le plaisir du jeu sans véto dogmatique. En cassant quelques conventions du genre : « jeu sérieux ? diantre, quel oxymore! » A l’heure du marketing viral, ces nouveaux jeux humains, nous les retrouvons un peu partout : à l’université, en école de commerce, d’ingénieur ou de toute autre chose… en entreprise (business games et recrutement), dans les Conseils Régionaux ou même au Pentagon (financial war games). Révolutionnaire tant pour les élèves-acteurs que pour les enseignants, plus nécessaires que jamais mais transformés en animateurs/mentors.

Plus d’informations sur les Serious Games : ici

Laurent

Publicités

2 réflexions sur “Jeux animaux et jeux humains

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s