La Grande Muraille Verte

Symbole de la grandeur passée de l’Empire chinois, la Grande Muraille de Chine est en passe d’être dépassée par un alter ego végétal. Jugez plutôt : la Grande Muraille de Chine, qui s’étend sur plus de 6000 kilomètres, a inspiré au gouvernement chinois, depuis les années 1970, la création d’une « muraille végétale » de plusieurs milliers de kilomètres. L’objectif ? Non plus de protéger Pékin des assaillants mongols, mais de lutter contre le sable qui dessèche les parcelles agricoles, entrave les voies de circulation et gagne continuellement du terrain.

Décidément, la Chine ne recule devant rien. D’ici 2050, cette Grande Muraille Verte, plantation d’arbres pharaonique devant atteindre 4500 kilomètres de long, pourrait représenter un bouclier efficace contre l’ensablement. Mais alors que l’objectif premier était la lutte contre la désertification, d’autres vertus ont été trouvées à ces plans de verdissement forestier : la lutte contre la pollution de l’air et contribuer à la séquestration du CO2.

Green great wall

Selon une université de la capitale chinoise, l’efficacité d’un tel dispositif reste à relativiser. Tout d’abord, la mortalité des arbres est importante, tant pour des raisons naturelles que pour des raisons humaines (mauvais choix variétaux, monoculture en proie aux maladies, surexploitation commerciale du bois…) Selon The Economist, les résultats sont très contrastés selon les zones climatiques. Et les territoires les plus arides, comme la Mongolie intérieure, voient le désert gagner du terrain, comme l’atteste le déplacement de plus de 400 000 personnes depuis 2012.

Mais la Grande Muraille verte ne doit pas être « l’arbre qui cache la forêt ». Les efforts planifiés de la Chine sont bien réels. Mais l’ennemi, dont le coeur se trouve dans l’immense désert de Gobi, a accéléré son expansion. Ses effets, sous forme de tempêtes de sable, sont ressentis jusque dans les deux Corées et même au Japon ! Notons que la forêt, symbole de la biomasse et de la photosynthèse, n’est pas le seul végétal capable de rendre ce genre de service écologique

Gobi

Les scientifiques ne sont pas tous d’accord sur ce genre de projet, à la croisée de considérations contradictoires, comme l’est le choix des essences plantées. En effet, certains défendent le choix d’essences à croissance rapide et arguent que la monoculture (pins, peupliers…) avantage le captage rapide du CO2. D’autres, au contraire, démontrent que des plantations plus variées sont bénéfiques tant au plan de la biodiversité qu’au plan du carbone. Et que les arbres peuvent mettre en péril les réserves d’eau souterraines. Aussi ambitieux qu’il soit, ce projet de Grande Muraille verte illustre une fois de plus que les solutions de facilité n’existent pas, que ce soit en Chine ou ailleurs !

Laurent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s