From fall to winter – close to the lake

On peut presque palper le silence, juste entrecoupé par les cancanements des canards qui s’envolent vers des contrées plus clémentes. L’eau lisse, sur laquelle les bateaux semblent posés, reflète la lumière pâle et froide d’octobre, juste réchauffée par un soleil d’après-midi. « Mes baisers sont légers comme ces éphémères  Qui caressent le soir les grands lacs transparents » Les Epaves (1866), Femmes damnées Charles Baudelaire Comme dans un paysage rêvé, les…