From fall to winter – close to the lake

Bateaux_nOn peut presque palper le silence, juste entrecoupé par les cancanements des canards qui s’envolent vers des contrées plus clémentes.

L’eau lisse, sur laquelle les bateaux semblent posés, reflète la lumière pâle et froide d’octobre, juste réchauffée par un soleil d’après-midi.

DSC_0508

« Mes baisers sont légers comme ces éphémères 
Qui caressent le soir les grands lacs transparents »
Les Epaves (1866), Femmes damnées
Charles Baudelaire

DSC_0530

Comme dans un paysage rêvé, les bateaux s’entremêlent entre ciel et feuillages, pour ne laisser à voir que la solitude de l’hiver qui vient.

DSC_0567

« L’on ne peut goûter à la saveur des jours que si l’on se dérobe à l’obligation d’avoir un destin. »

de Emil Michel Cioran

DSC_0984

« Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux. »

de René Char
Extrait de Chants de la Balandrane

DSC_1032

 

« La vraie grandeur consiste à être maître de soi-même. »

de Daniel Defoe
Extrait de Robinson Crusoé

 

Retrouvez d’autres photos sur l’album Flickr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s