Pourquoi les Russes sont-ils (si) méchants ?

Dans le roman d’espionnage Alex Rider, le héros d’Anthony Horowitz est confronté au terrible général Sarov, sur une île au large du Cuba, territoire pro-Russe par excellence. Du côté de James Bond, l’agent 007 est régulièrement confronté à une foultitude de méchants espions russes. La Russie, et l’Est, dans son ensemble, représentent l’axe du Mal.…

Le Kamtchatka de Georg Steller

Georg Wilhelm Steller, médecin-botaniste-explorateur a vécu 35 ans. Une courte vie, pourtant riche en expérience, entre Allemagne et Extrême-Orient. Il a vécu au contact des peuples « sauvages » du Kamtchatka, notamment des Itelmènes. Le Kamtchatka est cette last frontier russe, au bout du bout de la Russie et non loin des côtes japonaises. Le Kamtchatka est…

Pourquoi n’y a-t-il pas une route de la Soie ?

Il existerait, dans notre inconscient collectif, une route reliant l’Europe à l’Asie. Une route à double sens, une route qui attire le voyageur intrépide mais qui fait, avouons-le, un peu peur… Il existerait bien un passage historique, emprunté par un incroyable aventurier, diplomate et conteur, un dénommé Marco Polo. Une voie royale pour le commerce…

Pourquoi tant de culture ?

Combien de fois le visiteur occidental a-t-il été surpris par le niveau de culture générale des gens d’Europe de l’Est ? Combien de fois aussi, s’est-il laissé surprendre par leur maîtrise des langues étrangères ? Une fois, en route pour le lac Baïkal, nous avions une guide sibérienne, originaire d’Irkoutsk. Elle parlait si bien le…

Les RI pour les nuls

RI : relations internationales. Depuis que l’homme, mû par sa curiosité insatiable et son appétit de découvertes, a souhaité sortir de son pré carré, les relations internationales font partie de notre lot quotidien. N’en déplaise aux ermites, aux misanthropes et autres dirigeants nord-coréens. Nul besoin d’être chef d’état ou d’entreprise pour pratiquer les relations internationales.…

Baisse du pétrole : une bonne nouvelle ?

Moins de 60 dollars le baril, alors qu’il flirtait avec les 150 dollars avant la crise des subprimes. Il est de bon ton, lorsqu’un élément important de coût (pour les entreprises et les ménages) comme le pétrole vient à baisser, d’acclamer la bonne nouvelle. Bonne nouvelle pour la grande fabrique mondialisée, le grand export, le transport…