Faudrait-il interdire la mondialisation ?

En 2013, François Lenglet, annonçait, un brin provocateur, La fin de la mondialisation.Il expliquait qu’au-delà des variations naturelles des cycles économiques, des pics de libéralisation des échanges internationaux et des creux de protectionnisme et de repli sur soi, il fallait s’attendre à un opposition à la poursuite de la mondialisation telle qu’on l’avait connue dans…

Un ver(t) dans le fruit de l’Élysée ?

Dans un de ses essais, Jacques Attali décrivait un monde au futur hyper-concurrentiel et inégalitaire à souhaits, une société duale avec ses gagnants et ses perdants de la mondialisation. Il entrevoyait un monde toujours plus libéral, faisant « l’apologie de la déloyauté » pour tout type de contrat social (mariage, consommation, emploi, etc.) La tension entre le…

Et si l’idéosphère existait ?

D’après l’éthologiste Richard Dawkins, l’idéosphère est au monde des idées ce que la biosphère est au monde des animaux. Ce serait le lieu où les esprits – petits ou grands – se rejoignent. A la manière d’une espèce animale, les idées auraient leur existence propre. Elles vivraient et évolueraient de manière autonome. Les idées changeraient…

Ces entreprises que l’on gâte

Les entreprises multinationales sont des géants économiques au pouvoir bien plus qu’économique. Certes, financièrement, et c’est tout à leur avantage, certaines entreprises du CAC40 ou du Dow Jones pèsent plus lourd que le PIB de certains pays. Mais l’importance de ces entreprises pas comme les autres s’étend bien au-delà de l’aspect financier ou de considérations…

La DÉCONNOMIE, par J. Généreux

« Le nouveau management n’est pas seulement inefficace, il tue des gens. La théorie économique dominante n’est pas simplement discutable, elle est absurde. Et les politiques économiques ne sont pas juste impuissantes à nous sortir des crises… elles nous y enfoncent ! » Pédagogue et engagé, Jacques Généreux, qui sévit à Sciences Po, dénonce avec humour et…

Les revers de mai 68

Le mois de mai n’est pas un mois tout à fait comme les autres. Il commence par un drôle de jour, bizarrement nommé fête du travail. Dans de nombreux pays, on fête le travail en chômant. Il serait plus judicieux d’appeler le 1er mai fête des travailleurs, workers (et non labour) day, etc. Mais attention…

L’éternel retour du Coco

Souvent raillé, le communisme a longtemps amusé la galerie. En famille, il suffisait d’un cousin ex-trotskiste ou d’un voisin lecteur de Marx – forcément, le communisme c’est toujours pour les autres – grâce à eux on s’est bien marrés ! Combien de moqueries au sujet de ces nostalgiques, ces romantiques gauchistes, ces éternels revenants d’un…