Ce bouc émissaire nommé populisme

La mondialisation a mené le XXème siècle dans une voie aussi formidable que scabreuse, une voie sans issue dirait-on, celle du développement et du progrès matériel. Formidable croissance économique, progrès matériel et social, mode de vie moderne et (forcément ?) urbanisé. Et au passage, cette dangereuse déconnexion entre la vie humaine et le milieu naturel (croissance « hors sol »). Ensuite, au début du XXIème, la mondialisation (ringardisant l’expression croissance économique), à fond sur les manettes du libre-échange, a montré ses limites. Notamment lors de la bulle Internet puis du bug planétaire de 2008, suivi en 2016 par le Brexit, la poursuite de la dégringolade grecque et la crispation américaine face au choix Clinton-Trump. Notamment lorsqu’on a commencé à se douter des effets délétères de nos modes de vie artificiels sur la pollution, le réchauffement climatique et la santé.

Face aux incidents de parcours d’un système qui n’admet pas vraiment d’alternatives (le fameux « TINA* »…au point de déguiser Trump en seule alternative pour la première puissance économique planétaire), quelques observateurs, épris de progrès technique, s’insurgent. Face aux dérives politiques de ces dernières années, en réaction aux dérives constatées y compris par les plus grands économistes et instituts de sondage (inégalités, marasme social, insécurité), les plus libéraux ne supportent pas l’idée que des sursauts populistes viennent mettre en péril la croissance économique et l’ordre établi par le marché globalisé. Tout repli serait fatal à la croissance, conformément aux thèses héritées du banquier et économiste David Ricardo.

Populisme-Coca

Trouvez vite un bouc émissaire ! On l’appellera « populisme ». Il permet de sauver la donne et de faire diversion ! Le bouc émissaire, c’est une fois encore la société et son organisation démocratique décadente. Histoire de faire un peu oublier les excès d’un système économique prédateur, toxique et inégalitaire à souhait. C’est pourquoi le populisme est montré du doigt, pour nous dire « allez voir ailleurs ».

Le populisme est systématiquement raillé et décrit comme menace ultime de la démocratie. Certes, on connaît l’histoire tragique des années 1930 en Europe. Et l’on voudrait presque croire que l’Histoire pourrait, si l’on n’y prenait pas gare, se répéter.

Au passage, tout porte à croire que la mondialisation – son laisser-faire, sa préférence à la dérégulation et à la compétition totale – n’y était pour rien !

Pour aller plus loin dans la réforme ou dans la purge nécessaire, certains préféreraient que l’on puisse éliminer l’expression populaire par le biais du vote. C’est presque abouti aujourd’hui, à l’heure où les sondages, outil hypnotique du marketing politique, ont détrôné le débat. Récemment un professeur à Sciences Po Paris dénonçait dans les colonnes du Monde les dérives qui consistent à diaboliser et décrédibiliser systématiquement les idées dites « extrêmes » pour mieux garantir la victoire d’un candidat mou, « pro-système » et donc inapte à tout changement structurel.

Et de rappeler les faveurs populaires de l’électorat américain, préférant un Bernie Sanders plutôt qu’une Hillary Clinton, ce qui n’empêcha pas l’éviction du premier. Tout cela pour voir triompher le plus populiste, Donald Trump. Une victoire flattant au passage ses soutiens les plus virulents, ceux-là même qui non contents de ridiculiser le candidat pro-establishment Clinton ont contribué à l’éviction de Sanders. Un Sanders jugé trop proche du peuple, donc douteux (encore un socialiste, voire un communiste ? Un traitre, ennemi de cette Amérique victorieuse de la Guerre froide ?)

MAGA

Il y avait urgence, une urgence intitulée « Make America Great Again! » Et la France, quelle urgence ? Les français seront-ils plus perspicaces que les électeurs américains ? Plus critiques face au risque d’entourloupe ? Rien n’est moins sûr.

Laurent

*TINA : « There is no alternative »… ben voyons !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s