Energie nette : les bons comptes…

A mesure que notre gloutonnerie énergétique est devenue une mode planétaire, progrès technique et hausse des cours du pétrole aidant, nous avons appris à exploiter des gisements de plus en plus complexes (forages profonds off-shore, sables bitumineux, etc.) Nous sommes tous accrocs aux énergies fossiles. Telle une bande de junkies, parfois capables de commettre les pires atrocités pour calmer momentanément leur état de manque ! Sans que cela n’étonne personne, cette quête énergétique a entraîné des surcoûts. Dans un premier temps, ces coûts ont semblé être masqués. Indolores car couverts par la hausse des marchés. Mais dans la réalité de l’exploitation, sur le terrain, une spirale infernale s’est accélérée. Celle d’une dégradation du potentiel des sources d’énergie ! En outre, selon Jean-Marc Jancovici, ingénieur-conseil indépendant, le pic pétrolier n’est pas qu’un mythe. Déjà de nombreux pays du monde voient leur production décliner ou atteindre un plateau : en Europe bien sûr, mais aussi ailleurs, dans ces contrées exotiques où l’on s’imagine des réserves infinies d’or noir ! D’après les données issues de la British Petroleum Statistical Review, le compte n’y est plus.

Benoît Thévard, expert indépendant en énergie – ancien élève de l’école des Mines d’Alès – nous apprend qu’au début de notre grande soif de pétrole, il suffisait de « dépenser » un baril pour en extraire 100. Peu d’efforts, donc d’énergie, étaient nécessaires. Aujourd’hui, pour un baril investi, nous en extrayons moins de 10. Quant aux agrocarburants, joliment baptisés « biocarburants » et considérés il n’y a pas si longtemps comme une « piste d’avenir », nécessitent 1 baril de pétrole pour en produire 1. Autrement dit l’homme est bien moins efficace que Mère Nature (et son acolyte Chronos). Un jeu à somme nul, et encore faudrait-il décompter les conséquences sur le marché alimentaire et l’éventuelle déforestation induite.  Quant aux sables bitumineux, ils affichent un rendement net de 1 baril consommé pour 3 à 4 barils produits seulement. Peut mieux faire !

Petrol sunset

Le concept d’énergie nette permet de rendre compte de l’efficacité de l’extraction des différentes sources d’énergie à notre disposition. Certes, il ne comptabilise pas les risques liés (santé, environnement, etc.) Mais combiné aux déconvenues boursières des Big Oil Companies et aux errements spéculatifs autour des gaz de schistes, il permet de mieux comprendre dans quel monde énergétique nous évoluons. Un monde de contraintes, de menaces pour le mode de vie « à l’occidentale ». Mais également un monde d’opportunités, à condition de sortir un peu des sentiers battus. A condition d’affronter la réalité physique du monde qui nous entoure, loin des salons feutrés du dogmatisme. Sans se refermer dans ses caprices d’enfants gâtés.

Net energy oilsource : peakprosperity.comNet energy

Sur son site avenir-sans-petrole.org, Benoît Thévard pose les bases de la problématique actuelle, donne des exemples concrets de réalisations. Au plus près des territoires, il implique la base de la société. Avec la jeunesse, génération montante, l’on peut espérer un véritable changement de nos rapports avec la divine énergie, celle qui nous éclaire, nous chauffe, nous transporte et plus encore…

Quant à l’Américain Christopher Martenson, auteur de « The Crash Course », il a déclaré : « The big story is this: The world has physical limits that we are already encountering, but our economy operates as if no physical limits exist. Our economy requires growth. I don’t mean growth is required as if it’s written in a legal document somewhere, but is required in the sense that our economy only functions well when its growing. With growth, jobs are created and debts are serviced. Without growth, jobs, opportunities, and the ability to repay past debts simply and mysteriously disappear, causing economic pain and confusion. »

Laurent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s