Génération BO*

Burn-out

Le massage est à la mode. Californien, thai, japonais, suédois ou autre, aux quatre coins de la planète il cartonne. Idem pour la méditation, les « retraites » organisées dans des lieux « slow », déconnectés (smarphones, tablettes et autres i-watches laissés éteints à l’entrée). Comment expliquer une telle tendance si ce n’est en réaction à un mal-être physique et moral ?

Dans certains milieux « privilégiés » les enfants, dès l’âge de 10 ans ou même avant, disposent d’un téléphone connecté ou d’une tablette ou d’un ordinateur portable. Tous connectés, jour et nuit.
Mais ne se déconnectent-ils pas de la vraie vie, « ici bas » ?

Les pères sont aux abonnés absents en semaine quand ce n’est également le week-end.
Les mères ne peuvent que constater la boulimie numérique de leurs rejetons, et leur si précoce addiction. La richesse matérielle des pays développés, non contente de nous barder d’objets, s’accompagne donc désormais de la richesse de l’univers immatériel, à l’accès illimité (comme le vantent les propagandes d’entreprises de télécoms). Et pour en profiter, la tentation est rapprochée, à chaque lancement en fanfare de nouveauxdes objets aux performances de plus en plus incroyable si on a la folie de regarder cinq ou dix ans en arrière (navigation mobile haut débit, centaine de milliers d’applications, autonomie de 10 heures, de quoi chasser tout ennui, en principe !)

i-watch

Ces objets ont leur propre vie, ils bippent et communiquent entre eux sans intervention de leur propriétaire. Pensant bien faire, ou pour se déculpabiliser et « responsabiliser » leurs enfants (nouvelle forme de délégation ?), les parents débordés au quotidien transmettent en fait de plus en plus tôt leur boulimie et leur stress à leurs propres enfants. Attention à cette nouvelle frénésie qui anéanti la place de la réflexion personnelle. Attention aussi aux effets de mode dans une univers conformiste (« Quoi, t’as pas eu de tablette à Noël, mais tes parents et toi vous vivez dans une grotte ou quoi ? »)

C’est sans oublier la kyrielle d’activités extra-scolaires en tout genre qui fleurit à chaque rentrée.
Evidemment il faut le meilleur pour nos « petits », un esprit sain dans un corps sain, etc. Comme seule la dose peut faire le poison, tout n’est en fait qu’une question de modération. Mais au fond, n’est-il pas rassurant de savoir son enfant occupé, « busy » et donc à l’abri de toute tentation oisive, de tout risque d’apathie ou de dérapage vers la délinquance et les excès en tout genre ?

Au plus profond de nous, des pulsions archaïques, les mêmes qui nous feraient stocker des « vivres » pour survivre à la moindre alerte, nous poussent à stocker, accumuler. Nous avons encore si peur de l’obscurité, du vide, de manquer ! Même le silence nous fait peur, il paraît suspect alors qu’il est sensé être d’or…

Dans ces conditions, va-t-on encore pouvoir « foutre la paix » à nos enfants ! Ils ont droit, eux aussi, au temps de la réflexion et de la création. Mais pas à la vitesse qu’on ingurgite de la fast food ! L’enfance devrait demeurer un temps de construction de soi, avec une place pour l’innocence. Sinon les enfants basculeront trop vite, trop précocement dans la vie adulte.

fatigue moine bouddhiste

D’après certains psychologues, pour développer l’intelligence émotionnelle des enfants, nous devrions dès le plus jeune âge leur apprendre à attendre, à patienter face à une pulsion. Apprendre à résister et à prendre confiance que « tout vient à point… » Mais les sollicitations du monde extérieur sont tellement vastes et permanentes, les adultes eux-mêmes se laissent prendre au piège quelque fois. Chaque adulte a pourtant le choix de se discipliner et gérer ses priorités, réapprendre à dire « non » face au sentiment brûlant de l’urgence permanente. Et il paraît même que ça marche !

Laurent

*Burn out

Publicités

4 réflexions sur “Génération BO*

  1. Pingback: Oh confort, mon bon confort… | light up my mind

  2. Pingback: Old is gold ? | light up my mind

  3. Pingback: Victimes consentantes et anthropocentrisme | light up my mind

  4. Pingback: Attrape-nigauds | light up my mind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s