Amazon, version low cost

L’Europe a connu l’arrivée d’Amazon il y a déjà 17 ans, en Allemagne et en Grande-Bretagne, suivi par la France deux ans plus tard. Amazon est devenu le leader mondial de la vente sur Internet. Simple libraire en ligne à l’origine, puis boutiquier en tout genre pour qui, un peu comme E-bay avant lui, tout peut se vendre sur Internet ! Ainsi le cas d’Amazon montre bien combien Internet accélère le développement de nouvelles entreprises, dont certaines deviennent en l’espace de quelques années de véritables monstres économiques surfant à toute allure sur la vague de la mondialisation et de la dérégulation. Amazon, le dernier A des GAFA, a fait tremblé l’édifice européen et a douché les europhiles les plus romantiques, quand ont été révélés au grand public les montages juridiques et financiers permettant à cette grosse boutique en ligne de ne quasiment pas payer d’impôts. Difficile à avaler pour les honnêtes concitoyens victimes de la saignée fiscale, tous les ans un peu plus douloureuse !

DELOCALISATION

En France, il y aura eu la levée de bouclier des survivants de la profession de libraire, dénonçant la concurrence déloyale de l’américain. En Allemagne, un bruit courait sur les difficultés, cette fois en interne, d’Amazon, sur des sujets sociaux (conditions de travail et salaires). Il n’aura pas fallu plus longtemps pour Jeff Bezos, le charismatique patron du géant de Seattle, de décider fort intelligemment de venir s’implanter dans le plus grand pays low-cost d’Europe, à savoir la Pologne. Profitant de conditions logistiques favorables (connexion autoroutière avec l’Allemagne et, de fait, toute l’Europe de l’Ouest). Mais aussi profitant d’un coût du travail deux à trois fois plus faible qu’à l’Ouest, une flexibilité contractuelle et des conditions fiscales bien ficelées. Amazon débarque à Poznan et à Wroclaw, ouvrant 3 centres de distribution, sur une surface de 95 000 mètres carrés, soit 13 terrains de football. Ces centres visent, d’ici quelques années, à exécuter les commandes passées dans les 28 pays de l’UE. A la clé, la création de 6000 emplois permanents hautement taylorisés, et d’un volant d’environ 9000 autres lors des pics de demande en fin d’année. Amateurs de marche à pied, vous serez servis : les cadences journalières totalisent environ 20 kilomètres.

OPTIMISATION

Un peu plus à l’Ouest, sur les terres de Jean-Claude Juncker, l’enquête se poursuit pour déterminer si le cybermarchand a respecté ou non les règles européennes en matière d’optimisation fiscale. On est en droit de se demander quelles suites seront données, face au pouvoir de négociation de cette entreprise en plein développement.

amazon1.jpg

Après Google, Crédit Suisse, Bank of New York, HP ou encore UBS, les services ont vraiment le vent en poupe à l’Est. Un néoprolétariat, comme a pu le décrire le journaliste Jean-Baptiste Malet, auteur de En Amazonie. Infiltré dans le «meilleur des mondes». Comme le soulignait en 2013 le journaliste indépendant, Amazon illustre parfaitement le concept de destruction-créatrice, cher à l’économiste Joseph Schumpeter. Finalement, Amazon et consorts se moquent bien du passé communiste du pays. Ces entreprises surfent sur une nouvelle vague de « rêve américain ». Un rêve auquel la jeunesse locale n’est pas insensible ! Et cette vague de fond ne semble pas près de s’arrêter !

Laurent

Publicités

Une réflexion sur “Amazon, version low cost

  1. Merci pour cet intéressant article qui pose les données des questions qui se posent à chacun. Chacun est à la fois consommateur et citoyen et arbitre entre les deux librement. Mais rares sont ceux qui l’admettent! Qui se sent responsable des problèmes d’emploi parce qu’il achète ses livres par ex sur Amazon? Et si nous commencions par regarder en face les conséquences de nos actes au lieu d’agir comme des enfants de moins de sept ans?

    V

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s