La grande distraction

Lorsque l’été arrive, le grand public a coutume d’être distrait. Il existe un véritable marché de la distraction. Alors nous nous laissons glisser, tout doucement, vers cet étrange cocktail de torpeur et de frénésie : les congés de juillet ou d’août. Mais pas avant un petit accompagnement médiatique. Du spectacle pour se détendre ? Cette année, il y a bien sûr l’Euro. Qu’on soit en France, en Pologne ou même en Chine, la planète foot mène le bal ! Puis suivront d’autres événements, cyclistes ou olympiques, sportifs ou non d’ailleurs…

Mais la grande distraction de l’été, époque favorable à la torpeur, aux lectures légères voire à la déconnexion totale pour mieux se reconnecter avec ses proches, n’aurait pas autant de saveur sans qu’auparavant une série d’électrochocs ne nous soit infligée. Après la pluie et autres catastrophes naturelles, voici venu la tempête du Brexit. Sitôt officialisé, quelques « petits malins » se seront fait un plaisir de le déclarer illégal, voire d’insister sur le désarroi populaire et les regrets de quelques votants. Avec son cortège de pétitions, d’appels au veto, voire de procès.

distrait

D’autres, au contraire, soulignent la nécessité de remettre à plat cette Europe des marchés, contre les peuples, pour l’austérité, cette Europe qui joue avec les taux d’intérêts négatifs comme des enfants jouant avec des allumettes. Cette Europe qui met en concurrence les uns contre les autres mais qui n’a aucune stratégie claire, aucune lisibilité. D’autres encore, les plus fervents européens peut-être, exposent leur déception et leur peur. La peur de perdre quelques avantages (vision égoïste et intéressée) ou la peur irrationnelle de tout perdre en perdant nos voisins britanniques. Quel mélodrame !

Comment ça, tu n’es pas au courant ?

Une fois de plus, le piège médiatique fonctionne à merveille. Personne n’est à l’abri, à tel point que nier l’existence même de cet événement dramatique organisé juste avant les vacances de centaines de millions de personnes, ce serait presque passer pour quelqu’un d’irresponsable !

De l’autre côté de l’Atlantique, un autre combat se livre, opposant lui aussi les tenants d’une nouvelle démocratie et ceux de la politique « as usual ». Et en marge de ce bras de fer à l’issue incertaine – qui sait qui va l’emporter entre Clinton la démocrate va-t-en-guerre et Trump le républicain anti-système, ennemi de George Soros et autres bellicistes ? – un autre combat se fait dans l’ombre des grands événements médiatiques. Celui de la transparence autour de l’étiquetage alimentaire, qui organise la tromperie du consommateur. Et si ce dernier n’est pas content face aux manipulations en tout genre (de sa nourriture et de son information), qu’il aille se faire cuire un oeuf ! Ou qu’il aille voir ailleurs ! Comme, par exemple, en Europe ?

Rien n’est moins sûr… En effet au moment même ou le commun des mortels est atterré par ce que les médias diffusent en boucle, la Commission Européenne s’essaye à un nouveau « deal » au sujet du glyphosate. Cette molécule star des rayons de jardinerie et bonne amie de l’agro-industrie, aux effets cancérigènes avérés depuis notamment l’étude du Professeur Séralini. Alors entre Bruxelles et Washington, il semblerait bien que ce soit…comment dire ?… bonnet blanc et blanc bonnet.

Dans l’ombre du Brexit, de l’Euro et bientôt du Tour de France, bien d’autres affaires se tapissent encore. Mais puisque l’été est là, ne boudons pas notre plaisir, loin de l’assommoir de l’information !

Laurent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s