VOSS, ou le génie français

En pleine crise pétrolière, dans les années 1970, on avait l’habitude de dire en France : « on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ». Quarante ans plus tard, notre beau pays n’a toujours pas plus de pétrole ni d’ailleurs d’uranium (que nous importons allègrement, en tant pis pour notre balance commerciale). Des idées, par contre, nous en avons. Certaines sont même récompensées par des prix de grandes entreprises du secteur de l’énergie. Ainsi Anne et André Gennesseaux, (monsieur a travaillé dans la R&D chez Total) ont-ils créé, en 2001, Energiestro. Voilà une entreprise qui ne devrait pas connaître la crise, dans le secteur du stockage de l’énergie. VOSS, c’est le nom de son invention, qui signifie Volant de Stockage Solaire, se veut être le meilleur compromis technique et économique pour résoudre l’épineux problème du stockage de l’électricité produite par intermittence. Lauréat du prix EDF Pulse en 2015, André Gennesseaux veut rompre avec la prédominance des technologies actuelles, principalement basées sur la chimie des batteries (qu’elles soient au plomb, au lithium ou à d’autres composés plus ou moins coûteux). Ce volant vise en priorité la baisse du coût de stockage, en ayant recours… au béton !

Comment ça marche ?

Le volant d’inertie se recharge en période de production intense, lorsque l’énergie produite dépasse la demande instantanée. Concrètement, c’est un alternateur qui permet de stocker l’énergie par le mouvement (énergie cinétique). Ainsi il devient économiquement possible d’alimenter en énergie renouvelable et en permanence des sites isolés, seulement connectés à des centrales photovoltaïques.

voss

Quel avantage ?

Le volant d’inertie VOSS n’est pas en acier ni en carbone, qui sont des matériaux coûteux (il en faut plusieurs kilos pour stocker…) mais en béton, dix à cent fois moins coûteux ! D’après André Gennesseaux, un VOSS de plusieurs tonnes serait capable d’alimenter une ville pendant 24 heures.

Quelles limites ?

On peut se demander pourquoi ce couple apparemment assez « génial » semble autant miser sur le tout photovoltaïque ? Et pourquoi cet idéal, à terme, de grosses centrales (genre méga-projets dans le Sahara pour le monde entier…) ? Est-ce une déformation professionnelle (après être passé par un grand groupe) ou par pragmatisme marketing (soucis d’aller en priorité vers des opérations de gros volume) ? Pourquoi ne pas davantage englober le bouquet du renouvelable intermittent (éoliennes, solaire thermique, etc.) ? Comme pour toute innovation, la recherche des premières références industrielles est cruciale. La levée de fonds, avec le soutien de la BPI (Banque Publique d’Investissement) est en tout cas un signe prometteur, même si VOSS doit faire ses preuves et certainement trouver les moyens de s’intégrer à des solutions complètes de production et de stockage. On notera que la France a déjà fait parler d’elle avec d’autres techniques comme le stockage par l’hydrogène de Mc Phy Energy, issue d’un laboratoire Grenoblois et très actif à l’international. Puisqu’on parle d’inertie, il faut bien souligner la prédominance des multinationales de l’énergie, l’impressionnante inertie du secteur de l’énergie, les lenteurs politico-administratives et le poids des lobbies, pas vraiment favorables aux nouveaux arrivants et aux PME.

Laurent

https://pulse.edf.com/fr/voss-volant-de-stockage-solaire

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s