Sommes-nous d’éternels attardés ?

En cours de Droit, on souligne que, de tout temps, la Loi a été en retard sur l’évolution effective de la société. C’était déjà vrai avant l’entrée de l’Homme dans l’ère du numérique et avant l’accélération liée à la loi de Moore – et autres disruptions. Nous pouvons aisément imaginer ce qui allait se passer lorsqu’une série de changements, d’innovations profondes à l’heure d’Internet, allaient bousculer nos habitudes et prendre de court nos cadres réglementaires. Le gap entre le monde réel, notre perception du monde et nos décisions risquait bel et bien de se creuser…

Entre l’industrialisation du monde, son urbanisation et la globalisation de l’économie, nous avons modifié la composition chimique et minérale de notre cadre de vie. L’hyperactivité humaine, boostée par la technologie et une démographie exponentielle, a irréversiblement transformé la biosphère. Mais voilà que nous sommes touchés par une forme de malchance, une épreuve collective qui nous joue des tours ! En effet, notre représentation du monde est faussée. Nous nous trompons en permanence. Nous souffrons d’un perpétuel retard !

retard-chronique

Ainsi nos croyances héritées du siècle des Lumières nous maintiennent dans un univers linéaire, mécanique et infini. Une vision simpliste du monde, dont l’examen approfondi montrerait qu’elle est aujourd’hui dépassée.

Univers linéaire

Nous croyons que l’univers est linéaire et de ce fait continuons à alimenter des modèles économiques linéaires, en mode problème-solution, selon la loi de l’offre et de la demande. Cette économie linéaire s’exprime pleinement dans la grande distribution – les fameux linéaires des super et hypermarchés ! Pourtant, depuis des lustres, le bon sens issu de l’observation naturelle devrait nous raisonner vers une sobriété heureuse et des systèmes de production et de distribution circulaires, sans déchets ni gaspillages permanents. Ce que le monde dit naturel fait si bien, sans qu’on s’en aperçoive !

Univers mécanique

Nous croyons que l’univers est mécanique parce qu’une belle mécanique est rassurante, nous nous voyons en horlogers du monde, avec un sentiment de compétence, de contrôle, voire de toute puissance. Et pourtant la « vraie vie » qu’observent les biologistes et autres « scientifiques de la vie et de la terre » ressemble davantage à un système non pas mécanique mais organique, du sous-sol au sol, des végétaux aux animaux, de l’eau à l’air, de la terre aux océans, où tout serait connecté et interdépendant.

Monde infini ?

Nous avons peur de perdre, de perdre nos acquis sociaux et notre confort économique. Nous sommes bien souvent incapables de séparer l’essentiel de l’accessoire, de distinguer nos besoins et nos désirs. C’est pourquoi la dictature du marketing et la pression sociale ordinaire entraînent le monde entier dans un délire de croissance infinie, de consommation infinie, d’endettement infini. Dans un monde aux ressources finies, on s’aperçoit vite de la tromperie collective, du mensonge politique et économique !

La Science, à l’ère moderne, s’est fourvoyée par découpages successifs du réel. Il nous aurait fallu, des simples concitoyens aux dirigeants politiques ou économiques, conserver précieusement une culture holistique de notre environnement au sens large. D’où cette dichotomie entre l’économie – mécaniste et souvent simpliste – et l’écologie – cet alien des temps modernes, grande absente des headlines. Cette perpétuelle contradiction entre les pulsions du court terme et nos obligations à long terme, entre nos envies immédiates et le soucis des « générations futures », entretiennent une belle cacophonie.

Est-ce pourquoi nous restons, en quelque sorte, d’éternels attardés face à la marche du monde ?

Laurent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s