Le retour de la Suède ?

Un vent de fronde s’est levé en Espagne, en Autriche ou encore aux Pays-Bas. Avec parfois des tirs dits de sommation, à balle réelle. Comme dans un mauvais rêve, sauf que non… ce n’est pas un rêve ! Les « anti » (vaccin, pass sanitaire, etc.) souvent moqués par les porte-voix du pouvoir (les « grands » médias), n’ont pas dit leur dernier mot. Les jeunes (et quelques moins jeunes) continuent de porter le masque, mais les lois de la gravité combinée à l’individualisme triomphant leur libère les nasaux. Au grand dam d’enseignants piégés par les injonctions paradoxales de leur statut.

Et la colère ? Elle gronde de partout, même dans des pays comme la Suisse ou bien, plus surprenant encore, au Japon. Même dans des contrées pourtant si sages d’habitude. Loin de cette pandémie d’agitation globale, en mode « réponse du berger à la bergère », il existe un petit pays de 10 millions d’habitants au Nord de l’Europe, au comportement étrange. Atypique à l’échelle de l’Europe.

Alors que les puissants, ailleurs, semblent vouloir museler les gens, les considérer comme des gamins, leur faire peur à coups d’injonctions sanitaires et de bruyante propagande, la Suède brille par sa discrétion politique. Peu de pays ont aussi peu, dans le monde occidental, entravé la vie quotidienne de ses concitoyens que la Suède.

Ainsi le port du masque, en Suède, est d’abord le fait de quelques touristes aux réflexes hygiénistes. En aucun cas il ne s’agit d’une obligation, ni dans les écoles ni ailleurs. Il n’y a pas eu de confinement ni à Stockholm ni ailleurs. La bureaucratie, qui confine à ce troc étrange entre soumission et protection, semble moins être à l’œuvre en Suède que dans le reste de l’Europe.

Moins d’interdictions, plus de recommandations. S’agit-il d’un trait culturel ou d’une approche plus adulte de la vie sociale ? D’une maîtrise de la nuance ? La France, elle, reste un pays latin contrarié, ingérable disent les uns, conflictuel pensent les autres. En Suède, le dialogue social semble encore fonctionner. Quant au pouvoir central, à Stockholm, il ne repose pas sur le même faste et ni sur la même soumission à l’autorité. A l’inverse des ors de la République française, héritage de l’Ancien régime.

Mais la Suède connaît aussi son lot de violence, particulièrement mal acceptée dans ce pays si peu habitué aux sautes d’humeur et aux affrontements. Et c’est souvent la question des quartiers défavorisés et de l’immigration qui ressurgit. En attendant, le profil de l’épidémie de Covid-19 semble beaucoup moins marqué en Suède qu’en France, alors que paradoxalement et vu de France, l’attitude des autorités de santé suédoises paraît bien plus laxiste, pour ne pas dire irresponsable !

Laurent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s