Hommage aux farfelus

Mr Farfelu

Quel est le point commun entre Albert E., Leonard D.V., Wolfgang A.M., Winston C. et d’autres, moins connus ? Une certaine différence, un dysfonctionnement mental et du génie (selon ce qu’on aura envie de retenir d’eux). Ces quatre là étaient dyslexiques, leur scolarité fut scabreuse puis advint ce qui advint. D’autres « différents » n’étaient pas dyslexiques, mais ils ont marqué la société.

Si on élargit le spectre, on trouve toujours des gens différents, décalés par rapport aux conventions sociales ou culturelles, des zèbres, des impertinents (Coluche, Desproges…), des « originaux ». Des profils qui dérangent, parfois font juste sourire, souvent sont difficiles à suivre, fatiguent par leur esprit aux limites du socialement acceptable ou politiquement correct, et pourtant… Mais au fait, qu’est-ce qu’on a dit : est-ce au système à s’adapter aux individus ou aux individus à s’adapter au système ? Bel exemple de question impertinente ! Revenons à nos moutons…

Au XIXème siècle, on a eu besoin de gentils ouvriers dociles et d’une ribambelle de superviseurs et autres agents de maîtrise tout aussi dociles et conformistes. Jusqu’au milieu du XXème siècle, les habitudes tayloristes ont pris racine au plus profond de notre société et de nos économies. Une société mécaniste ne pouvait engendrer, naturellement, qu’un système éducatif mécaniste (né des besoins de la Révolution industrielle en Europe et aux Etats-Unis). Nous sommes au XXIème siècle et ce modèle est un tantinet dépassé. Attention à l’inertie !

L’école s’est prise de plein fouet l’évolution des moeurs, la perte de l’autorité et les technologies de l’information. Et les entreprises n’ont plus que le mot innovation (et agilité !) à la bouche. Alors il faudrait savoir : on valorise l’originalité ou pas ? Envie de changer notre façon de voir le monde, de travailler, d’échanger ?

Tout le monde ne naît pas « zébré », il faut bien un noyau dur de gens conformistes pour qu’on puisse dire des autres, des différents, qu’ils sont anticonformistes. Et pour savoir « gérer », ordonner. Si on a confiance dans l’humain et qu’on croit au pouvoir de l’intelligence collective, alors rendons hommage aux farfelus ! Accueillons-les sans a priori, avec bienveillance, sans constamment les prendre pour de nouveaux « fous du village ». Apprenons à leur côté à voir le monde différemment, pour le plus grand bien de tous !

Laurent

Post-scriptum : à découvrir ou redécouvrir, pour aller plus loin :
Alexandre Jardin et ses « Trois zèbres » (non, je n’ai pas d’actions !)
Rupert Sheldrake, un scientifique « non conventionnel » qui prône, après l’église, la séparation de la science et de l’état. Une autre vision, anticonformiste, du monde qui nous entoure ! www.sheldrake.org

Publicités

5 réflexions sur “Hommage aux farfelus

  1. Pingback: N’écoutez pas vos parents | light up my mind

  2. Pingback: Oh confort, mon bon confort… | light up my mind

  3. Pingback: Hommage aux farfelus – épisode II | light up my mind

  4. Pingback: Bleu blanc zèbre, le Do-Tank | light up my mind

  5. Pingback: La terrifiante liberté de l’économie partagée | light up my mind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s