Vaccins : rente économique, mirage ou salut ?

C’est de saison, la vaccination revient sur le devant de la scène, à intervalles réguliers. En général, pour nous inciter à nous vacciner contre la grippe ou pour protéger nos enfants de maladies que nous ne connaissons pas toujours (Méningite à pneumocoque par exemple…).

 Les salles d’attente des médecins ou hôpitaux regorgent d’affiches, toutes plus incitatives, pour nous enjoindre de nous vacciner.

 

La vaccination est un procédé consistant à introduire un agent extérieur (le vaccin) dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire positive contre une maladie infectieuse. La substance active d’un vaccin est un antigène destiné à stimuler les défenses naturelles de l’organisme (le système immunitaire). Wikipédia

 

pub_gardasil[1]Plus rarement, on peut lire dans la presse, que l’on s’interroge sur les éventuels méfaits des vaccins, que ce soit pour les composés parfois surprenants qu’ils contiennent, comme l’aluminium ou des souches issues d’animaux (singes, vaches, poulets) ou pour s’interroger par exemple sur les éventuelles conséquences du Gardasil, qui a fait l’objet d’une campagne médiatique très importante. Grâce à ce marketing très actif, un grand nombre de jeunes filles ont été vaccinées en France, sous l’effet de l’inquiétude des parents, galvanisés par une communication très insistante.

L’idée n’est pas ici de faire le procès en règle  de la vaccination ; les vidéos que nous indiquons en fin de page, se chargent de donner des arguments à discuter et commenter. Mais comment ne pas s’interroger sur un procédé qui est devenu un tel business mondial ? Son chiffre d’affaires devrait atteindre 52 milliards de dollars  en 2016 contre 25 milliards de dollars environ en 2012. Il est à noter également que seulement 5 laboratoires se partagent 80 % de ce chiffre d’affaires mondial.

La première difficulté consiste déjà à trouver des données économiques claires et synthétiques sur le net. Il suffit de faire quelques recherches pour s’en rendre compte. Plus opaques encore sont les études financées par les laboratoires pour tester le fonctionnement des vaccins.

On trouve pourtant une communication rassurante sur les effets secondaires dans un article du Figaro, daté du 26/08/2011 mais au fond, on peut s’interroger en lisant qu’un grand nombre d’effets secondaires sont malgré tout confirmés. Certes les pistes de déclenchement de l’autisme, de crises d’asthme ou de certaines paralysies seraient écartées. Mais aucun détail dans l’article ne permet de comprendre quelle méthode a exactement été utilisée pour réaliser cette enquête. Quand on connaît, de l’intérieur du système de santé, les défaillances notamment en France du système de déclaration des effets secondaires par les médecins, on peut s’interroger sur la constitution du panel de départ (des plaintes ?) et sur la méthodologie de recherche des liens de cause à effet.

On pourrait attendre plus de clarté et de précisions dans l’explication des tests réalisés et des enquêtes de mise sur le marché. Qui peut dire avec certitude aujourd’hui, que le vaccin qu’il se fait injecter ou qu’il administre à ses enfants, marche de manière formelle ? Qui n’a pas déjà eu la grippe en étant pourtant vacciné ? Dans ce cas, le médecin balaye en général nos inquiétudes en nous assurant que ce n’est pas la grippe que nous avons eue, mais un autre virus. (ah bon ? qui provoque aussi courbature, grosse fièvre pendant plusieurs jours et grande fatigue ?) Mais alors, est-on sûr d’avoir vraiment évité la grippe grâce au vaccin ?

Autre bizarrerie : la grippe change de souche chaque année… Remarquablement pratique, car il est nécessaire de se vacciner chaque année ! Ou rente économique formidable pour un business qui a réussi à devenir un enjeu de politique de santé pour les gouvernements.

Encore un phénomène étrange : alors qu’en France, on nous poursuit, carnet de santé en main pour vacciner nos enfants, avant de leur faire franchir le sacro-saint portail de l’école, à l’étranger, on n’oblige que très peu à la vaccination et étonnamment, beaucoup plus d’effets secondaires sont remontés aux observatoires chargés de la surveillance sanitaire.

Voir l’exemple des différents pays d’Europe :

I- Les pays nordiques comme le Royaume-Uni, l’Irlande, la Norvège, le Danemark, la Suède, la Finlande, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Luxembourg, l’Islande. Il faut ajouter à cette liste, l’Espagne qui, bien que située au Sud, fait partie des pays qui n’ont pas de lois d’obligation vaccinale. Ces pays ont en effet supprimé toutes les obligations légales.

II-Les pays de l’ancien bloc soviétique qui ont intégré dernièrement l’Union Européenne. Ces pays furent marqués par une politique de vaccination intransigeante durant le communisme et ont conservé une certaine pratique coercitive.

III-Les pays méditerranéens, tels que La France, l’Italie, le Portugal, la Grèce, ont conservé des obligations vaccinales, qui remontent souvent à des lois votées au moment de la seconde guerre mondiale.

Encore un étonnement : comment se fait-il que tous les pays n’aient pas adopté des pratiques intransigeantes en matière de vaccination, si les résultats sont reconnus ?

Peut-être parce qu’il subsiste des doutes…

Dans un sondage réalisé en 2005 auprès d’un échantillon représentatif de 400 médecins généralistes et pédiatres : une majorité d’entre eux (58%) déclare se poser des questions sur l’opportunité de certains vaccins aux enfants et 31% fait part de craintes par rapport à la sécurité de ceux-ci. Ce sondage montre qu’il n’y a pas de consensus au sein du corps médical au sujet des vaccinations. Cependant, il ne fait pas bon se lever contre les vaccins pour les médecins, sous peine d’être sanctionnés par le Conseil de L’Ordre, certains se voyant même privés d’exercer. (cf vidéos en fin d’article)

Difficile bien sûr de se faire un avis définitif avec de telles réticences. D’ailleurs les « anti-vaccination » sont aussi radicaux que les « pro-vaccination », chacun essayant d’assener une vérité qu’il pense être la bonne.

Et si on revenait tout simplement à un peu de bon sens, en faisant confiance à notre instinct ? Sauf qu’en la matière, notre instinct est mis à rude épreuve, tant la pression vaccinale est forte et martelée par les médias.

la-vaccination-hpv[1]

Ces questions naïves vous feront sans doute sourire, mais ne pensez-vous pas que sur d’autres sujets, moins accaparés par les politiques, cela fait bien longtemps que nous, citoyens, aurions tout remis en cause en descendant dans la rue ? En demandant plus de transparence ?

Seulement voilà, l’Etat s’en est mêlé, dans son souci de garantir la santé des populations, au point que le vaccin est devenu un dogme d’Etat, plutôt qu’une conviction personnelle. Nous ne rappellerons pas la gigantesque boulette de notre ancien ministre de la santé (sans lui jeter la pierre : les précédents ou les successeurs auraient sûrement fait la même chose), grâce à laquelle la France a acheté des millions de vaccins inutiles pour lutter contre une épidémie fantôme. Le virus H1N1 a beaucoup moins tué que la grippe saisonnière cette année-là. Vous remarquerez cependant que le remboursement des vaccins commandés par erreur n’a pas été une évidence pour les laboratoires… d’autant que pour la petite histoire, ils étaient conditionnés par lots de 10 afin de vacciner les populations dans les gymnases. Pas très pratique ensuite pour les revendre dans un contexte individuel et aller chez son généraliste ! On se trouve bien, de quelque manière qu’on agite le problème, devant un dossier avant tout économique.

Plus gênant, l’explosion des cancers, scléroses en plaques, syndromes de Guillain-Barré, autisme, depuis 20 ans, pourrait être en partie due aux vaccins. Pourrait, car aucune étude sérieuse n’est lancée sur la question alors que le forums regorgent de témoignages d’effets indésirables ou de véritables chocs vaccinaux. Un grand nombre de témoignages font état de troubles autistiques après des injections dans la petite enfance. Certes, cette corrélation n’est pas scientifiquement démontrée mais l’empirisme ne pourrait-il pas a minima nous inciter à la méfiance ? Tant de théories ont fini par être démontrées, au fil du temps, alors qu’elles n’étaient que des hypothèses rejetées par leur temps. Un peu d’humilité devant notre ignorance, permettrait parfois de s’abandonner à la possibilité de faire d’autres découvertes.

« La seule certitude, c’est que rien n’est certain. »

de Pline l’Ancien

Il est communément admis que les vaccins ont éradiqué les grandes maladies qui touchaient la population dans les siècles précédents. La communication de masse sur le sujet avec notamment le cas de la poliomyélite, particulièrement handicapante pour ceux qui en étaient atteints, a fonctionné à plein et les images de médecins vaccinant les populations africaines ont fait le tour du monde.

Pourtant, l’hygiène a aussi fait d’énormes progrès et contribué notoirement à l’augmentation de l’espérance de vie, mais la vaccination reste bien plus déterminante dans l’imagerie populaire, avec bien sûr de la même façon, les antibiotiques.

Comme le rappelle la question d’une députée en 2009 : Ne pourrait-on instaurer une clause de conscience comme défini dans le code de la santé publique dans son article L. 1111-4 qui stipule : « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment » ? 

Alors, pour paraphraser le titre du livre de François Choffat, et si on se donnait le droit de choisir et de réfléchir ?

Christèle

Nota bene : la plupart des références ci-dessous sont contre la vaccination, mais il existe en réalité bien peu de livres, hors de la prose ministérielle ou issue des labos, et reprises par un certain nombre de médecins, pour la défendre. Il nous a paru plus intéressant de s’intéresser aux réactions qui s’inscrivent en faux par rapport au discours d’Etat en la matière plutôt qu’aux discours que vous connaissez déjà.. A vous de vous faire votre idée !


Economie :

www.leem.org/sites/default/files/100questions_Leem_Fiche-77.pdf  

http://www.carnetsdesante.fr/Vaccins-des-enjeux-sanitaires

Vidéos dénonçant les conséquences observées de la vaccination :

http://www.youtube.com/watch?v=BssMzOZygdk&sns=em

http://www.youtube.com/watch?v=Z9m8RnbBBcY&sns=em

http://www.youtube.com/watch?v=-fcEFJT87ao&sns=em

Liens sites internet :

http://www.vousetvotresante.fr/la-liberte-des-vaccinations-en-europe/

http://martinwinckler.com/spip.php?rubrique47 l’excellent site de Martin Winckler. Vous vous souvenez, c’est le médecin qui a écrit La maladie de Sachs. C’est également un des rares à avoir écrit un livre pratique sur la contraception.

Livres : 

Commentaires de Françoise Berthoud (issus du site http://www.efvv.eu/index.php/efvv-info/livres-vaccination-francoise-berthoud)

Résumé de livres en anglais non traduits en français.

Harris L. Coulter and Barbara Loe Fisher, D.P.T.: A Shot in the Dark

New York, 1985 – Ed.Harcourt Brace Jovanowich

A Shot in the Dark, pour désigner le vaccin Di-Te-Per signifie une flèche dans l’obscurité, c’est-à-dire un coup au hasard. Ce livre a été écrit à la suite d’une émission de télévision très écoutée aux Etats-Unis, où étaient démontrés certains problèmes survenus chez des bébés après ce vaccin. Les téléspectateurs avaient été invités à se manifester si un de leurs enfants avait eu une réaction grave après les vaccins : les auteurs ont reçu des centaines de lettres! Ce sont les interviews de ces parents qui constituent une grande partie de ce livre, très touchant et très bien documenté.
Peut-être un sondage d’opinion du grand public fait de cette manière est-il plus démonstratif que les déclarations, en principe obligatoires, que les médecins doivent envoyer aux services de pharmacovigilances de leurs pays, où l’on estime, même officiellement, que seulement 1 à 10 % des accidents sont signalés.

Harris Coulter, Vaccination, Social Violence and Criminality
(The Medical Assault on the American Brain) «l’agression médicale sur le cerveau américain»,

North Atlantic Books, 1990

Coulter, co-auteur de D.P.T., a Shot in the Dark, est un historien de la médecine.
Dans ce deuxième livre, il suit le développement d’une partie des enfants décrits dans le premier. Ses conclusions sont graves: l’atteinte cérébrale due au vaccin est telle qu’elle explique une grande partie des problèmes de comportement des jeunes américains (des échecs scolaires aux violences sociales et même la criminalité). Quinze ans plus tard, les conclusions de beaucoup d’études rejoignent les vues de Coulter. Le rapport entre les vaccins contenant du mercure et les taux d’autisme, de retard de langage et d’hyperactivité, (qui ne cessent de croître) a été clairement établi.

R. Obomsawin, Immunisation légale ou chaos médical… au delà du rêve futile de la vaccination universelle.

L’Agence Internationale de Développement du Canada avait demandé à un médecin, le docteur R. Obomsawin, un rapport sur les résultats des vaccinations dans le Tiers monde.
Ce rapport existe, édité sous forme de photocopies par la «Canadian Natural Health Society[1] ». En effet, l’agence officielle n’avait pas accepté ce texte « qui ne correspondait pas à leurs attentes ou à leurs croyances ». Le docteur R. Obomsawin se base sur 261 références de livres et journaux scientifiques et ses conclusions l’amènent au titre explosif de son ouvrage. D’après Obomsawin, il n’existe aucune preuve que les programmes de vaccination atteignent actuellement leur but dans le Tiers monde. Or, en 1987 et 88 par exemple, la moitié de l’aide financière canadienne au Tiers monde consistait à promouvoir des campagnes de vaccination ; il était donc important de faire le point de la situation. Mais le docteur Obomsawin voit trop clair et sa voix restera longtemps encore « la voix qui crie dans le désert ». « Découvrir, c’est voir ce que tous les autres ont vu, et penser ce que personne n’a pensé ». Dans le domaine des vaccinations, nous commençons à bien nous familiariser avec le filtrage de l’information, ce mécanisme du refus de publier des textes mettant en cause la « pensée unique ». Nous retrouvons bien sûr ce filtrage dans bien d’autres domaines, en particulier celui des dangers des téléphones mobiles et des antennes indispensables à cette technologie.

Janine Roberts, The vaccine papers.
(Cette chercheuse a reçu en 2010 à Gérone le prix du Forum Européen de Vaccinovigilance.)

Intriguée par les drames autour du ROR, elle a étudié les dessous cachés de la fabrication des vaccins, arrivant à d’effrayantes conclusions sur leur pureté et leur composition.

Viera ScheibnerVaccination, 100 Year of Orthodox Research Shows that Vaccines represent a Medical Assault on the Immune System
Australian Print Group, Maryborough, Victoria, Australia, 1993.

Voici la traduction de ce long sous-titre: Un siècle de recherches, publiées dans la littérature médicale conventionnelle, montre que les vaccins constituent une agression pour le système immunologique.

Le docteur Scheibner, en 1985, faisait partie d’une équipe construisant des appareils destinés à signaler les arrêts respiratoires des nouveau-nés, afin de prévoir et d’éviter la « mort subite ». Une des conclusions de ses travaux montre qu’il existe un net rapport de cause à effet entre les vaccins Di-Te-Per-Pol et les morts subites. Le docteur Scheibner a consacré plusieurs années à revoir tous les articles au sujet des vaccinations dans la littérature « orthodoxe », et ses conclusions sont effrayantes. L’efficacité et l’absence de dangers ne sont prouvées pour aucun des vaccins utilisés « de routine ». Des composants chimiques et des virus, présents dans les vaccins, sont responsables de beaucoup de problèmes de santé. Le nombre de maladies graves, comme celui des morts subites, augmente nettement dans les populations d’enfants vaccinés, car les vaccins diminuent l’efficacité de nos défenses globales contre les infections. Il existe un lien entre les vaccins polio dans les années cinquante et l’épidémie de SIDA en Afrique occidentale (les vaccins étaient contaminés par le virus HIV). Ce sont les maladies d’enfance, contractées à un âge normal, qui devraient construire notre système de défense de manière adéquate. Au XXIe siècle, Viera reste très active en Australie (des milliers d’articles sur le web). Elle assiste beaucoup de parents dans leurs procès de demande d’indemnisation après des dommages dus aux vaccins et se penche sur les jugements de parents accusés d’avoir « secoué » leur bébé, où souvent les responsabilités ne sont pas très claires. Parfois ces parents auraient « secoué » leur bébé déjà décédé de mort subite, pour le réanimer…

Martin WalkerSilenced witnesses (Témoins réduits au silence)

Recueillis par un auteur qui a suivi de près le procès du Dr Wakefield à Londres, témoignages touchants de familles ayant vécu le drame d’un enfant devenu autiste après le vaccin ROR. Le drame est encore aggravé par la fermeture absolue des autorités médicales et judiciaires à leur vérité, à cause de l’omerta absolue sur les dangers de ce vaccin.

(Ce livre est en cours de traduction vers le français aux éditions  ALIS.. )

Andrew WakefieldCallous disregard (un grossier mépris)
L’autisme et les vaccins – la vérité derrière une tragédie.

Ce livre publié par Andrew Wakefield aux Etats Unis au printemps 2010 est immensément important. Son contenu scientifique est irréprochable et il est aussi écrit avec le cœur.
Andrew Wakefield est un médecin qui écoute les parents. Chose étonnante sous la plume d’un médecin,  il ose écrire que l’instinct maternel a davantage prouvé sa justesse dans le passé que les opinions scientifiques, souvent fragiles. Il englobe dans sa compassion les souffrances physiques et psychologiques de ses patients.
Ces qualités sont évidemment dangereuses dans le monde médico-industriel où nous vivons, ce qui explique que ce praticien londonien ait été expulsé de son hôpital et de sa patrie, y perdant son droit de pratique, après un long procès « le plus long de l’histoire de la médecine anglaise. Le litige est parti d’un article publié dans le Lancet évoquant la possibilité d’autismes régressifs après la vaccination ROR.

Livres en français.
Par ordre alphabétique des auteurs

Andreas Bachmair et Françoise BerthoudVivre sans vaccins, témoignages d’enfants non vaccinés.

Ils ont en bonne santé ! Beaucoup viennent des Etats-Unis et de bien d’autres pays anglophones ou francophones. Ces familles avaient répondu à l’enquête www.vaccineinjury.info. qui comporte 16 000 réponses fin 2013.

Dr Françoise BerthoudMon enfant a-t-il besoin d’un pédiatre?
Ed. Ambre 2007.

Dans le chapitre sur les vaccinations, interview de trois médecins. Dr Seringue, Dr Doute et Dr Nature. L’auteure, pédiatre homéopathe suisse, a vécu une période de sa vie professionnelle dans chacun de ces rôles…dans l’ordre!

Dr Françoise BerthoudLa (bonne) santé des enfants non vaccinés
Ed. Jouvence (réédition) 2013

De plus en plus d’études montrent que les enfants non vaccinés coutent moins cher aux assurances.
Ils sont moins souvent malades et ont moins d’allergies et moins de troubles du comportement.

Dr Gerhard BuchwaldVaccinations le marché de l’angoisse,
Ed. Alis (Association Liberté Information Santé)

Pendant près de 35 ans, le Dr Buchwald a été médecin-conseil de l’association pour la défense des victimes d’accidents post vaccinaux en Allemagne. Il possédait donc une collection importante de 2500 documents portant sur les maladies infectieuses, les vaccinations et près de 1000 accidents post vaccinaux. Ces travaux ont été refusés par la littérature universitaire (encore le filtrage de l’information !) et publiés dans des revues spécialisées.
Buchwald nous montre toute une série de tableaux montrant que la diminution des maladies infectieuses n’a jamais été liée à un vaccin.
Il nous donne aussi beaucoup d’indications précieuses sur les tristes suites des vaccins, classifiant les séquelles vaccinales en:

  • Consécutives à l’introduction d’albumines étrangères ou de métaux lourds directement dans l’organisme humain, comme l’autisme (dont la première mention dans la littérature médicale date de 1943), l’hyperactivité (plus d’un million d’enfants sous « calmants » déjà en 1990 en Allemagne), les retards de langage, la mort subite du nourrisson.
  • Dues à des virus étrangers nocifs (le vir°us SV40, les prions, l’encéphalite spongiforme bovine, le sida. Pour nuancer cette dernière affirmation, voir les arguments du site sidasanté…)

Ce livre de 300 pages est bourré d’informations étonnantes sur les suites désastreuses des vaccins. Le mongolisme lui-même, trouble chromosomique apparemment si bien connu des scientifiques, serait peut-être dû à l’introduction du vaccin contre la variole en Angleterre au dix neuvième siècle (Down a décrit le premier cas en 1866 !)

Dr François ChoffatVaccinations: le droit de choisir Ed. Jouvence, 2e édition 2009

Ce médecin généraliste homéopathe a créé avec une équipe un centre de santé à la Corbière, près d’Estavayer (canton de Fribourg, en Suisse Romande). Il fait aussi partie depuis plusieurs années du Groupe Médical de Réflexion sur les Vaccins. Très bien documenté, son livre est simple, à la portée de tous les parents. Il décrit son expérience pratique et souligne la triste réalité, à savoir que les vaccins sont un commerce. Sur ce sujet, il a aussi écrit: Hold up sur la santé. Et son dernier ouvrage, toujours aux mêmes éditions: La grippe, pas de panique! » (2009)

 

Groupe Médical de Réflexion sur les Vaccins.Qui aime bien vaccine peu
Ed. Jouvence 2009

Michel GeorgetVaccinations Les vérités indésirables
Ed. (Dangles) 2011

Biologiste à la retraite et enseignant, Georget nous présente un ouvrage scientifique extrêmement rigoureux, d’une lecture bien moins facile que le précédent. Si nous avons cependant le courage de le lire, même en sautant quelques pages trop techniques comme l’auteur lui-même le suggère, nous aurons vraiment d’excellentes raisons pour nous convaincre nous-mêmes de réfléchir sérieusement avant d’accepter un quelconque vaccin (n’utilisons pas trop d’énergie à chercher à convaincre notre entourage, les gens comprendront à leur rythme et peut-être par notre exemple…). C’est le meilleur livre que je connaisse sur l’immunologie et les risques des vaccins, risques dus aux réactions individuelles des individus et au contenu même du vaccin (additifs, éléments cancérigènes et contaminations).

Françoise JoëtTétanos, Le mirage de la vaccination Ed. Alis (réédition 2013)

Alors que les anticorps ne montent pas lors de la maladie (qui n’est donc pas immunisante), comment un vaccin pourrait-il agir sur le mécanisme toxique de cette maladie neurologique ?
Ce vaccin inutile et universel peut causer cependant de graves effets secondaires !br />La gravité de la maladie, excessivement rare chez nous, perpétue ce dogme vaccinal.

Jean-Pierre JosephVaccins, mais alors on nous aurait menti?
L’avis d’un avocat

Ed. Chez Testez éditions

Avocat au Barreau de Grenoble, l’auteur rassemble dans son ouvrage des dizaines de citations de scientifiques et de professionnels de la santé, qui attaquent résolument l’opinion médicale conventionnelle et les idées reçues, par exemple que les vaccins ont fait reculer les épidémies… Voici quelques-uns des auteurs qu’il cite : G. Lanctot, S. Simon, L de Brouwer, L.Horowitz, M. Beljanski, H.Coulter et B. Fisher, Scohy, M. Ferru, E. Giacometti, et plusieurs autres encore.

Il nous donne l’adresse de 34 groupes de réflexion sur les vaccinations ou de lutte pour la liberté de leur application dans 21 pays et la stratégie pour tenter d’échapper en France aux trois vaccinations obligatoires.

Sylvie SimonLes 10 plus gros mensonges sur les vaccins (éditions Dangles)

Les théories pastoriennes et les idées reçues sur les vaccins remisent en cause, dans un esprit scientifique,

Sylvie SimonAutisme et Vaccination
Ed. Trédaniel

Etude du lien entre l’épidémie d’autisme et la généralisation des vaccinations contenant des métaux lourds.

Jean-Pierre Spinosa et Catherine RivaLa Piqure de trop
Ed. Xénia 2010

Comment un vaccin dangereux et inefficace a pu être mis si rapidement sur le marché

Publicités

2 réflexions sur “Vaccins : rente économique, mirage ou salut ?

  1. J’ajouterai le témoignage de « Ghis » (ex-Ghislaine Lanctôt) la doctoresse québécoise qui suspecte le recours à la vaccination à des fins expérimentales (composants d’armes biologiques ou chimiques) et ne semble pas douter, dans tous les cas, du pouvoir des quatre ou cinq grands laboratoires mondiaux, qu’elle compare à des marionnettistes (les politiques étant les marionnettes). Chaque décision de rendre obligatoire telle ou telle vaccination ne représente-t-elle pas un « jackpot » pour cet oligopole ?

  2. Pingback: Bonne année, bonne santé ! | light up my mind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s