Inconsolable

La Russie est un pays fascinant. J’y ai mis les pieds quelques fois, de Saint Petersbourg en passant par Moscou et jusqu’aux portes de la Mongolie, autour du si grand et si beau lac Baïkal. Que de rencontres, de contrastes entre simplicité et opulence, entre nature et culture ! Un de mes meilleurs amis, exilé économique en Russie et vaillant porte-drapeau de l’économie et de la culture française, m’a un jour raconté la « petite histoire » de Vladimir Poutine. Petite ?

L’histoire d’un homme inconsolable. Rappelez-vous à l’école, vous-mêmes ou vos camarades de la cour de récré ont pu parfois se montrer ainsi : inconsolables, incapables d’accepter un changement qui pour d’autres aurait paru anodin ! Qu’il s’agisse de perdre une partie de billes ou de subir la moindre contrariété publique, comme cela arrive tous les jours en milieu scolaire… Notre homme aussi a eu le coeur gros, meurtri au plus profond de lui, lorsqu’il vit l’URSS sombrer puis disparaître ! Après le KGB devenu FSB, en passant par Dresde, après une discipline de fer comme ont pu le témoigner ceux qui ont étudié avec lui, l’homme s’est forgé une endurance au sens propre comme au figuré. Judoka émérite, plus tacticien que stratège, à l’aise dans l’esquive et le tortillement, VP nous a tous bluffé en rejouant « Petit meurtre [démocratique, NDLR] entre amis » avec son fidèle partenaire, le si peu charismatique Medvedev. Difficile à suivre pour l’observateur occidental, son tour de passe-passe politique ! Vladimir aura été tour-à-tour Président en 2000 puis Premier Ministre en 2007 avant de, logiquement, redevenir Président en 2013 ! Hasard ou coïncidence, ainsi officiellement revenu aux commandes de son navire eurasien, c’est lui en 2014 le héros de Sotchi et dernièrement, de Simferopol.

In-con-so-la-ble vous dis-je ! Fils d’un ouvrier de Saint Petersbourg, Vlad le populaire cultive la légende du « self-made man », loin des fils-à-papa du Tsar. La Russie et son histoire président en fait à la destinée de l’actuel Président, pour combien de temps encore ? Grandeur et décadence, absence de stratégie économique ambitieuse. Si ce n’est en flirtant avec la drogue dure des hydrocarbures et pour joujoux, de l’automobile et de l’aéronautique comme à la « grande époque » ! Inconsolable au point de manquer totalement de clairvoyance. Certains de ses proches, par amitié, lui recommanderaient bien un isolement ou, à défaut, une aide médicalisée (mais qui oserait le lui dire ?) Le seul isolement, voulu ou subi, est d’un autre ordre : c’est un isolement diplomatique !! Les « sanctions économiques » sont une arme comme une autre. Cela tombe bien, Vlad aime les armes et les armées comme du temps du Tsar. Vladimir a le regard bleu fixe là où José Manuel et Barack Hussein ont le regard noir d’une rage bien dissimulée. Plus le tandem USA-UE se ramollit, plus Poutine en rajoute. Plus nous jouons l’ouverture et l’apaisement (attention, Angela, quand tu éloignes les « limites de la sanction ») plus il en profite pour foncer tête baissée vers le point de rupture. Inconsolable, Vlad n’a peur de rien, sans foi ni loi. Ou plutôt si, une seule loi : l’image, toujours l’image narcissique qui collectivement se nommera nationalisme. Et notre inconsolable hyperactif de profiter de la mollesse occidentale pour tenter d’entamer un peu plus cette Ukraine que l’Europe « se voyait déjà » mettre sous son aile. Il y a ceux qui parlent et ceux qui agissent. Dans le même temps, l’aigle russe à deux têtes peut bien se faire tailler des croupières au jeu de go par le dragon chinois sorti de sa torpeurAigle russe, qu’importe ! Pourvu que la gloire et l’impression populaire de grandeur demeurent… De Moscou on comprend mieux la récente sortie médiatique du vieux père de Marine, expectorant sa compassion.

Mais en profondeur, ne nous leurrons pas : il est bien seul et bien fragile, Vladimir. Sa faiblesse rejaillit au fur et à mesure de ses propres excès, de sa transgression des limites. Il est bien difficile de présager de sa destinée personnelle. Cette histoire n’est qu’un intermède ou une petite distraction en attendant la consécration totale du véritable contre-pouvoir du bloc occidental. Toutes proportions gardées la Russie, avec ou sans le « groupe » bien artificiel des BRICS, n’est finalement qu’une vaste steppe. Un no man’s land entre la Chine et l’Occident ! Mais n’allez surtout pas répéter cela à notre grand inconsolable !!

Laurent

Publicités

3 réflexions sur “Inconsolable

  1. Bonjour,
    je trouve l’article assez « bête et méchant », comme dit Hara-Kiri… On vous attend pour la biographie de F. Hollande, on va se marrer !
    Bon, une analyse géopolitique partant de confidences d’un ami qui… , on ne va pas prendre ça au sérieux, je voulais donc juste vous signaler au passage que le pluriel de joujou est joujoux (chou, bijou, caillou, genou, etc.). Je ne vais pas lire votre article autrement qu’en diagonale, ne voyant pas, pour ma part, où est la « démocratie » dans le bloc occidental, et encore moins dans les deux partis néo-nazis dont BHL a flatté l’échine à Kiev en éructant ses fatwas que nous payons au prix fort, donc je ne saurai pas s’il y a d’autres fautes et/ou coquilles. Celle-ci saute aux yeux, c’est tout.
    Cordialement.

    martine

    • Bonjour,
      J’apprécie votre franchise et votre sensibilité aux fautes (parfois impardonnables) ou coquilles.
      Le coup des « confidences » était pure provocation, et je regrette que vous y ayez cru car bien entendu, j’ai
      quelque peu « creusé » le sujet pour éviter tout plagiat.
      Admettez que l’erreur est humaine (même les « pros » en commettent tous les jours, c’est nul je sais) et que l’humour
      en fait partie. En tant que site de partage et d’échange sur le monde, nous n’avons rien à vendre, n’avons pas
      l’ambition de commercialiser une nouvelle pensée unique car ce « marché » est vraiment saturé et étouffe.
      Vous êtes libre de « prendre au sérieux » ou non l’ironie et la prise de distance critique. Quant à l’actuel président
      français, nul n’étant prophète en son pays, le devoir de réserve s’impose.
      A moins que vous ne souhaitiez sans attendre 2017 en finir avec l’élu du coeur ou de la raison de la plupart
      des français selon le « moindre mal » qu’on appelle démocratie. Cela fait partie de notre liberté à tous et toutes.
      Enfin nous nous efforçons, malgré la risque de la tentation, de ne pas trop nous prendre au sérieux ! La vie est
      bien trop courte…
      Cordialement,
      Laurent

  2. Pingback: Embargo Russie vs Occident : le « double effet  boomerang | «light up my mind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s