La transition : des villes en mouvement !

Transition : passage graduel d’un état à un autre. Etat intermédiaire. En anglais : transition. (source : linternaute.com)

Le mouvement citoyen de la transition est né en Angleterre et en Irlande en 2006. Il aurait cinq ans d’avance sur la France. Et a essaimé mondialement.

Il se caractérise par sa proximité du terrain, des enjeux qui touchent les citoyens au quotidien. A la ville ou à la campagne. La leçon de nos addictions au tabac, aux énergies fossiles, aux pesticides, etc. a débouché sur une réelle volonté de changement (et pas qu’un naïf slogan électoral). Tout l’intérêt de la transition est son image positive, constructive et participative. C’est un mouvement « pour » et non « contre » ou « anti » à l’image des écologistes radicaux et romantiques. A priori la transition plaît !

Deux ouvrages clés pour mieux comprendre les principes de ce mouvement :
– « Un écologisme apolitique ? Débat autour de la Transition » de Paul Chatterton et Alice Cutler
– « Le Manuel de Transition » de Rob Hopkins

Avez-vous entendu parler de Totnes, première ville anglaise en transition ? Où Rob Hopkins enseigne la permaculture et où fleurissent une multitude de projets d’amélioration, de changements portés par les habitants. Plus près de nous, la transition a franchi la Manche (ou le tunnel) et s’est concrétisée dans la Somme, à Montdidier. Sous l’impulsion de Madame le Maire, à l’étude depuis 2003 puis à l’état de chantier en 2008. « Ce projet allie écologie, environnement et économie » alors que nous pensons si souvent que ces notions s’opposent, comme une fatalité ! « Tout ce que peut faire une petite ville qui en a la volonté » titre l’association Global Chance. Il faut certainement le voir pour le croire. Le changement est possible et déjà à l’oeuvre… dans une quarantaine de pays dans le monde et plus de 1000 villes.

Tout esprit critique, porté par le doute, pourra légitimement se demander si cela suffit. Les défis actuels de notre civilisation paraissent si nombreux et si grands ! On touche ici à la question de l’intensité de la transition et sa vitesse. D’après Michel Bernard de la revue Silence, à un moment donné il faudra quand même s’opposer, se confronter au système. Mais la France n’est pas si en retard que cela comparé à nos voisins. Avec le développement des Amap, le retour des circuits courts, les jardins urbains (ici les Polonais et leurs voisins peuvent se marrer… car ces jardins n’ont jamais cessé d’exister et d’être utiles), les ateliers de réparation de vélo, le troc de vêtement. La liste des initiatives est longue et cela fait la richesse de la transition. Le mouvement donne une cohérence à l’action locale. Les échanges renforcent et permettent une amélioration continue.

La transition n’est pas un nouveau dogme, une nouvelle croyance aveugle qui viendrait faire de l’ombre au capitalisme libéral mondialisé. Colibris, Amanins, Décroissants… Totnes (GB), Seattle, Masdar (EAU), Boulder (Colorado, USA), Marinaleda (Andalousie), Varese Ligure (Italie), et même Naples ! Chacun avance à son rythme, avec ses ambitions locales, librement. Le niveau d’utopie est soit modéré, soit fort. Tous ces projets ont en commun leur dynamisme et leur soucis du concret. N’en déplaise aux Cassandres ! Il y a en toile de fond un état d’esprit rebelle, un attachement au terroir, un goût pour l’action et des résultats mesurables.

La transition est parfaitement complémentaire avec les mouvements plus radicaux, porteurs du « non » : les « anti » (nucléaire, charbon, aéroport, antennes, etc.) En pleine crise du sens (la pire de toutes), la contestation est utile tout comme l’exemplarité. L’exemplarité et le courage là où règnent l’irresponsabilité et la lâcheté politique. La transition est un univers en pleine expansion (voir la carte des initiatives), une pierre à l’édifice d’un véritable big bang sociétal. Un baume au cœur pour les générations futurs et pour celles qui ont vécu et s’en vont le cœur blessé ? Tout repose, au final, sur notre volonté.

Le chaos climatique, énergétique et alimentaire finira tôt ou tard par tous nous concerner, quelle que soit notre localisation, notre position sociale et nos idées et notre état d’esprit (pessimiste, optimiste). D’après une étude intergouvernementale, le changement climatique représente une sorte de « crime contre l’humanité », avec ses victimes (estimés à 100 millions), dont 80% seront des pauvres. Il faut donc forcer le changement (le « non ») tout en montrant la voie (le « oui »). Et autant que possible garder le sourire, l’humour étant d’après John Jordan un outil très efficace pour désarmer le système établi.

Le réflexe attentiste (« après nous, le déluge ») est bien entretenu par les médias officiels, par l’absence de débat démocratique et la persistance des dogmes. On évite les sujets qui fâchent ! Comme si se fâcher était interdit par la loi du politiquement correct. Que ce soit sur un plateau télé (revoir la colère sincère d’un Alexandre Jardin) ou plus près de nous, lors d’un repas en famille ou avec des collègues. L’attentisme est aussi auto-entretenu par notre fatalisme, par notre manque de courage (mais que va-t-on dire ou penser de moi ?) et d’imagination. La faute aussi à un système éducatif désuet et mal à l’aise vis-à-vis des esprits divergents et (trop ?) créatifs. Et si, justement, la transition allait nous aider à nous rééduquer ?

Laurent

Redécouvrez la POLITIQUE, l’ECONOMIE, la SOCIETE
http://villesentransition.net
http://www.energiesactu.fr/innovation/dossier-les-villes-porteuses-dinnovation-energetique-0021936
http://blog.rmi.org/blog_2014_01_06_high_renewables_tomorrow_today_varese_ligure
http://www.napoliunplugged.com/green-in-the-city.html

Publicités

6 réflexions sur “La transition : des villes en mouvement !

  1. Pingback: Tous gagnants : une utopie ? | light up my mind

  2. Pingback: Bienvenue à l’économie circulaire ! | light up my mind

  3. Pingback: Welcome aboard, jolly cradle! | light up my mind

  4. Pingback: D’Ecosse et d’ailleurs | light up my mind

  5. Pingback: L’heure du désinvestissement | light up my mind

  6. Pingback: Le socialisme est-il mort ? | light up my mind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s