Vivre autrement c’est possible au Nid de zèbre

En marchant dans le village d’Aillon le Jeune l’hiver dernier, j’ai fait une jolie rencontre : celle de Thomas qui a ouvert Le Nid de Zèbre dans une grange, que rien ne prédestinait au départ à devenir un lieu aussi étonnant. Interpelée par la pancarte devant la porte qui proposait divers services, tels que : réparer, dépanner, je me suis finalement arrêtée pour discuter avec le propriétaire des lieux. En deux minutes, nous parlions déjà de woofing,  de permaculture, de Pierre Rabhi, de Bleu Blanc Zèbre… Bref, en quelques phrases, nous avions déjà plein de points communs avec tout ce qui nous mobilise à Light up my mind. Cela valait bien une interview.

Nid de zèbre 1

Bonjour Thomas, présentez-nous le Nid de Zèbres en quelques mots ?

Le Nid de zèbre est l’expression matérielle de ma volonté de changer de mode de vie. Il est un lieu d’expérimentation afin de trouver des solutions alternatives au modèle « pré-mâché » que la société occidentale moderne nous impose. C’est une grange sur 1000 mètres carrés de terre qui à terme, devrait fonctionner comme une micro ferme en permaculture, et accueillir qui veut apprendre, se reposer, se retrouver…

Pourquoi un jour avez-vous décidé de vous lancer dans une telle aventure ?

J’ai longtemps travaillé dans l’industrie avant de me rendre compte que cela ne satisfaisait aucune des attentes qui étaient nécessaires à mon épanouissement personnel. J’ai donc quitté ce secteur pour m’engager dans l’action humanitaire rêvant d’un idéal et de servir  une cause « juste ».

 A l’opposé de ce que je croyais y trouver, j’ai constaté, stupéfait, que l’action humanitaire servait des intérêts en contradiction totale avec les attentes des bénéficiaires de cette dite aide…. Servant des intérêts politiques, des sous-traitants de multinationales, l’action humanitaire n’est plus (ou très/trop peu) indépendante, et donc peu efficace à mon sens. Pour définir l’action humanitaire j’utilise beaucoup l’expression « un pansement sur une jambe de bois ».

J’y ai travaillé 7 années, me nourrissant de la rencontre extraordinaire avec des populations qui, encore très influencées par des traditions millénaires, avaient conservé un comportement au quotidien, respectueux des autres, et une sobriété (clairvoyante) dans leurs besoins…

Revenu me poser en France, il m’est apparu impossible de me remettre à vivre comme mes proches, et je dois avouer que j’ai aussi un peu peur des conséquences de nos actes ignorants du quotidien (surconsommation, dépendance technologique, dépendance énergétique…)

Loin de me laisser porter par le courant fataliste, j’ai donc décidé de me mettre à réfléchir, à expérimenter, et à agir (surtout), en modifiant mon mode de vie, aussi drastiquement que nécessaire…et le nid de Zèbre est né.

Nid de zèbres 3

J’imagine que l’installation n’a pas été si simple ?

Non la simplicité n’est pas dans le vocabulaire du Nid, et l’installation n’est pas finie. En fait je crois que c’est un processus continuel, sans fin. La notion de temporalité a été exclue de cette démarche. C’est une progression constante vers une posture en accord avec mes principes et mes convictions, influencée par mes expériences…un long chemin sans but final réellement.

La seule chose qui donne le tempo, est l’évolution que je perçois vers quelque chose de fantastique : chaque jour me confirme que les efforts que j’ai entrepris payent peu a peu et ces cadeaux sont la promesse d’un bonheur et d’un bien-être grandissants.

Quels invités accueille le Nid de Zèbres et comment fonctionne-t-il tout au long de l’année ?

Aujourd’hui le Nid ressemble à un refuge, et selon les principes du refuge la porte est ouverte à tous sans distinction. Maintenant le lieu est encore précaire et il faut être capable de vivre très sommairement si on veut y rester quelque temps (surtout l’hiver). Le principe est simple : pour y venir et y résider, il faut contribuer au développement du lieu, et participer aux tâches quotidiennes, soit en y consacrant du temps, soit en participant financièrement. La contribution est libre, je ne donne qu’une indication qu’il faut travailler 3 heures minimum, ou mettre 15 euros dans la jarre pour que l’accueil soit viable… Après certaines personnes n’ont pas d’argent ou pas la force de participer… Je les accepte tant que ce ne sont pas des « vacances déguisées, sur le dos de la bête » si c’est le cas, je les raccompagne gentiment vers la porte…

Si vous deviez résumer votre philosophie de vie ?

Tout mettre en œuvre pour Rencontrer le bonheur qu’il peut y avoir à vivre sans être une charge pour la société, pour l’environnement ; le tout dans la sobriété, l’indépendance et  une simplicité tournées vers ce que la nature, dans son immense générosité, est capable de nous offrir… Se reconnecter avec la part biologique/animale en nous, les éléments fondamentaux et indissociables de l’univers.

Votre ancienne vie ne vous manque pas ?

Ce n’est pas toujours facile, quelques fois la nostalgie prend le dessus, mais très rapidement, après une promenade en raquette dans la neige immaculée, une sortie cueillette de framboises sauvages, ou  une après-midi à lire au coin du feu, je me dis que j’ai vraiment fait le bon choix, et mon épanouissement, mon bien-être rayonnent sur mes proches…

Donnez-nous envie de venir aux prochains événements ! Que va-t-il se passer dans les prochains mois au Nid de Zèbres ?

Les événements sont très liés au rythme des saisons, actuellement nous (un petit groupe de convaincus est venu me rejoindre sur les activités) préparons la mise en route d’un jardin partagé de presque 2000 mètres carrés en permaculture, qui devrait permettre d’approcher l’autonomie alimentaire pour une dizaine de familles, ce qui est là encore une expérience ambitieuse mais passionnante.

Nid de zèbres 2

Tout le printemps sera accaparé par le potager, soyez les bienvenus, il y a de l’espace pour planter sa tente et plonger ses doigts dans la terre… Le samedi 18 juin 16 pour fêter le solstice du 21 juin, jour le plus long de l’année, j’organise rituellement depuis 10 ans la fête du solstice, grande soirée de partage autour d’un méchoui de musique et de breuvages locaux…(les régimes spécifiques sont tous pris en compte (végétariens, musulmans….). Il suffit de s’inscrire sur la page du Nid de zèbres sur Facebook lorsque l’affichette de la soirée apparaîtra.

Et puis la douceur de l’été offrira cueillettes, farniente, et promenades dans nos alpages frais et verdoyants….

La construction d’un four traditionnel à bois pour faire du pain est aussi prévue cette année.

Il y aura les fêtes des récoltes (les dates seront définies dans l’année) pour y participer il faut rester informé en visitant régulièrement la page Facebook du Nid.

Et puis il y a toutes les soirées spontanées surtout les week-ends, où les enfants, les anciens, tout le monde est toujours le bienvenu. Il y a toujours moyen de trouver une petite place pour dormir et une assiette…

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Merci Thomas pour avoir pris le temps de nous présenter ce projet qui donne envie de retrousser les manches et de donner du sens à nos vies. D’apporter des solutions concrètes aux problèmes d’aujourd’hui comme le fait le magnifique film DEMAIN.

Et d’espérer donner à nos enfants les valeurs de partage et de coopération qui feront que leur monde progressera.

Christèle

Pour retrouver Le nid de zèbre :

Sur Facebook : https://www.facebook.com/Le-nid-de-Z%C3%A8bre-557494750985830/?fref=ts

Publicités

Une réflexion sur “Vivre autrement c’est possible au Nid de zèbre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s